Prana : le souffle de vie.

En tout être vivant sur cette terre réside le Prana. Végétal, animal, en toute cellule le Prana se diffuse, Il est mouvement, il est la vie.
Le Prana maintient nos fonctions vitales en bon fonctionnement.
C’est grâce au mouvement que la vie existe, ce mouvement est générer par le prana qui prend racine dans Akasha, le vide absolu, l’ether.

Si un corps respire mal, alors la diffusion et la libre circulation du prana sera entravée, et des maladies et des dysfonctionnement psychiques et physiques peuvent arriver.
Le mouvement est donc la clef d’un corps sain et d’un esprit sain. Car le mouvement induis la transformation, la régulation, et donc la stabilité.
Il existe des techniques respiratoires pour ressentir ce flux pranique, pour le stimuler en pleine conscience de celui ci.

Ces techniques sont celles du Pranayama. Elles sont une clef pour la méditation, la pratique du Yoga et tout simplement pour maintenir et développer à long terme, une bonne santé.
On parle aussi de Krya qui sont eux, des nettoyages.

Un pré-requis très important est nécessaire dans le Pranayama, et dans le Yoga: le développement de la respiration abdominale.
Quand on regarde un bébé respirer, il respire avec le ventre, on peux voir ce dernier gonfler et se dégonfler. On prend alors conscience que l’adulte ne respire que superficiellement avec la partie haute, une respiration à peine thoracique.
Mais il n’est jamais trop tard pour reprendre de bonnes habitudes, en effet la respiration est un processus conscient et inconscient, c’est à dire qu’on peux la contrôler, c’est d’ailleurs l’étymologie du mot Yama (maîtrise).
Il est donc important de prendre le temps de s’initier à ces pratiques car elles sollicitent la conscience de la partie abdominale. Une fois que l’on porte attention à cette zone, les pranayama, les krya de respiration deviennent fluides et agréables à pratiquer.

Un exercice simple, consiste à s’allonger, à placer une main sur le thorax, et une autre sur l’abdomen. Essayer de décomposer votre respiration, de voir quelle partie du corps est solliciter et reprenez contrôle de l’ensemble de votre appareil respiratoire.
Une fois que vous aurez ressentit une respiration complète vous pourrez alors vous concentrer sur les moments de rétentions sans pour autant les forcé. Alors vous serez connecté à votre souffle. A ce moment là vous serez à même de vous concentrer véritablement sur les techniques de Pranayama.
Cette respiration globale vous permettra aussi d’être plus endurant, et est un moyen de parer aux changements abrupt que notre système nerveux peux endurer (stress).

Il faudra retenir certain points pour une pratique saine :

  • L’assise est primordiale pour une bonne pratique. Elle doit être stable et équilibrée afin de permettre au pratiquant de pouvoir tenir un certain temps, tout comme en méditation. En tailleur, en position du lotus, ou en position du diamant (les jambes pliées, assis sur les talons). N’hésitez pas à effectuer quelques ajustement de confort, utilisez des coussins ou des bancs de méditation.
  • En général, on utilisera le nez à part pour quelques certains pranayama ou assanas.
  • 3 phases de respirations : L’inspiration : Pûraka, la rétention appeler Kumbhaka, l’expiration : Recaka.
    La plus importante est le la rétention car c’est dans ce temps de suspension que le travail se fait, que le prana se diffuse en nous.
  • La régularité de la pratique : Tout comme les Assanas, le Pranayama doit être pratiqué régulièrement, sans être performatif. En effet ce ne sont pas des temps de rétentions  trop longs qui feront l’efficacité des exercices mais plutôt une constance dans leur fréquences.
  • Il est donné différent ratio dans ces techniques, ce sont des notions de temporalité : par exemple un ratio de 1:4:2 signifie 1 temps pour l’inspiration, 4 temps pour la rétention, 2 temps pour l’expiration.
    Il est important de commencer avec des temps très court pour commencer, puis d’étendre ces temps au fur et à mesure de la pratique.
    En effet il est important de laisser un laps de temps assez long avant d’augmenter les temps, afin de laisser au corps la possibilité de s’adapter.
  • Il est conseiller de pratiquer le pranayama avec des personnes aillant une expérience de ceux ci avant de trouver sa propre autonomie.
  • Toujours être à l’écoute de son corps et ne jamais forcer.

Il existe une multitude de méthodes, toutes aillant un effet sur l’organisme et le psychisme bien spécifique.

Il existe des Pranayama, Il existe des Kryas.

Les Pranayama sont des exercises avancé de respiration développer le Prana en soi.

Les Kryas sont à considérer comme des nettoyages. Ils aident au bon fonctionnement du corps et de l’esprit.

Les Kryas respiratoire :

Dans les Pranayama :